Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

11 juillet 2015

Coup de projecteur

Side-event du groupe pilote de l’ESS, le lundi 13 juillet 2015 à Addis Abeba


Side-event du Groupe pilote de L’économie Sociale et Solidaire

Lundi 13 juillet 2015, de 13h15 à 14h45 Hôtel Intercontinental, Salle de réunion n°1

L’économie sociale et solidaire pour un meilleur financement du développement durable dans l’agenda post-2015

 

« Libérer le potentiel de transformation des personnes et du secteur privé », tel que le projet d’Accord d’Addis-Abeba le stipule, exige de libérer celui de l’économie sociale et solidaire (ESS). Les entreprises de l’économie sociale et solidaire ont un vrai rôle transformateur dans une économie ancrée dans la société civile. Elles sont un levier pour de nouveaux développements ainsi que pour le progrès économique et social; elles doivent ainsi être soutenues par un financement adéquat, en particulier celui de la finance sociale et solidaire.

Ces mécanismes financiers, en raison de leurs principes de fonctionnement, ont plus tendance à financer des organisations et entreprises œuvrant pour le développement durable.  Ils constituent un moyen essentiel de mobiliser des ressources domestiques. Les entreprises de l’économie sociale et solidaire, y compris les coopératives, devraient ainsi être reconnues comme un moyen innovant décisif pour financer le développement et pour réaliser les objectifs de développement durable. Pour développer leur plein potentiel, l’économie sociale et solidaire doit être mieux comprise et soutenue par les décideurs politiques.

La Task Force inter-agences des Nations Unies sur l’Economie Sociale et Solidaire (TFSSE) reconnaît le potentiel de cette approche pour la mise en œuvre des ODD dans son document de position publiée en 2014. Tenant compte de la mention de l’importance des coopératives dans le projet d’Accord d’Addis Abeba, la TFSSE ainsi que ses membres observateurs ont recommandé de reconnaître le rôle de toutes les formes de la finance sociale et solidaire, y compris le financement participatif, les monnaies complémentaires, les banques éthiques et les coopératives financières.

La finance sociale et solidaire permet également aux individus de mobiliser eux-mêmes  des ressources pour le développement local à travers les banques éthiques, les banques solidaires, les coopératives financières, les banques de développement communautaire, la microfinance solidaire, les monnaies cryptographiques et complémentaires, les régimes d’épargne communautaire, la budgétisation participative, le financement participatif (crowdfunding) et les formes de financement d’impact qui servent principalement des objectifs sociaux. L’adhésion et la gouvernance sont des questions cruciales dans ces structures financières pour une perspective de long terme, soutenable. À cet égard, les initiatives prises par les banques éthiques afin d’expliquer d’où vient l’argent et où il va devraient être plus visibles et encouragées. La place et le rôle des investisseurs sociaux et solidaires, telles que les mutuelles et les compagnies d’assurance mutuelle, de même que ceux des banques coopératives dans le développement de l’investissement socialement responsable devraient également être plus reconnus et promus.

Capture d’écran 2015-07-11 à 12.24.00

Les questions suivantes seront abordées au cours du side-event, illustrées par des exemples concrets des différents rôles de l’ESS et de la finance sociale et solidaire :

– Exemples de stimulation du potentiel des communautés locales, dans une perspective à long terme, et la promotion d’économies plus durables, au niveau local, régional et international

– Méthodes et objectifs spécifiques de l’ESS au regard des secteurs privés et d’affaires, de la société civile et de la philanthropie

– La contribution spécifique de la Finance Sociale et Solidaire pour l’accès à un financement stable

– Les solutions open source de coopération dans les diverses formes d’économie sociale et solidaire qui contribuent à un accès aux technologies, à l’innovation et au renforcement de capacité plus inclusif.

– Les politiques publiques concrètes mises en œuvre pour la promotion de formes d’organisations sociales et économiques innovantes

– Cadres favorables pour les politiques nationales et internationales, et systèmes de réglementation pour les entreprises collectives et sociales

– La promotion par les gouvernements, les autorités locales, des fondations et des institutions de recherche de la collecte de données sur l’économie sociale et solidaire

Fotolia_57469524_M

SIDE-EVENT DU GROUPE PILOTE DE L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

Lundi 13 juillet 2015, de 13h15 à 14h45 Hôtel Intercontinental, Salle de reunion n°1

Organisateurs :

France, Colombie, Equateur au nom du Groupe Pilote de l’Economie Sociale et Solidaire, y compris l’association Les Rencontres du Mont-Blanc (RMB)

 

Objectifs de l’événement parallèle (« side-event »):

La Conférence d’Addis-Abeba sera l’occasion pour le Groupe Pilote de l’Economie sociale et solidaire de mettre l’accent sur la Finance Sociale et Solidaire (FSS) et de démontrer le potentiel de l’Economie sociale et solidaire (ESS) pour l’agenda post-2015. La localisation des solutions pour le développement durable ainsi que les partenariats entre le secteur public, les différentes formes d’entreprises du secteur privé et le potentiel de la société civile sont des questions cruciales à aborder. La Finance Sociale et Solidaire (FSS) devrait ainsi être promue comme soutien de l’économie sociale et solidaire et plus largement du développement local et social.

Aussi, il s’agira, lors de ce side-event de :
– démontrer, en mettant en lumière des exemples concrets, en quoi la finance sociale et solidaire, en tant que soutien à l’économie sociale et solidaire, moyen de mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD), devrait ainsi être promue ;
– proposer un plan d’actions pour les agendas du financement du développement (FfD) et du post-2015.

 

Intervenants :

  • Thierry Jeantet, Président des Rencontres du Mont-Blanc (RMB) – Forum International des Dirigeants de l’Economie Sociale et Solidaire, Secrétariat permanant du Groupe Pilote de l’ESS
  • Représentant Juan Manuel Santos Président de la République de Colombie, Directeur National, Unité Administrative Spéciale des Organisations de Solidarité
  • Cecilia Vaca, Ministre coordinatrice du Développement Social, Equateur
  • Annick Girardin, Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie, France

 

Moderateur :

  • Task Force inter-agences des Nations Unies sur l’Economie Sociale et Solidaire (TFSSE)

 

Panélistes :

  • Jean-Louis Bancel, Président de l’Association Internationale des Banques Coopératives (AIBC), Membre du Bureau de l’Alliance Coopérative Internationale (ACI), Président du Groupe Crédit Coopératif
  • Nadira El Guermai, Gouverneure du Ministère de l’Intérieur, mandatée du cabinet royal et coordinatrice de l’Initiative Nationale du Développement Humain, Maroc (à confirmer)
  • José Manuel García-Margallo, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Espagne (à confirmer)
  • Moustapha DIOP, Ministre Délégué auprès du Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, Chargé de la Micro-finance et de l’Economie solidaire, Sénégal (à confirmer)
  • E Eduardo Galvez, Ambassadeur et Représentant permanent du Chili auprès des Nations Unies, responsable de la présidence chilienne du Groupe Pilote sur les financements innovants (à confirmer)
  • Jacques Moineville, Délégué général adjoint, Agence française de développement
  • Représentant du Fonds Mondial pour le Développement des Villes / Association Internationale des Maires Francophones (à confirmer)

 

A propos des Rencontres du Mont-Blanc

Forum International des Dirigeantes de l’ESS

L’association a été fondée en 2004 par des entreprises actrices de l’économie sociale et solidaire (ESS) : Le Groupe UP (Groupe Chèque Déjeuner), la Maif, la Macif, le groupe Crédit Coopératif, la Caisse d’économie solidaire Desjardins, le Groupe Esfin-Ides, DSI et Fondaction, rejoints par AG2R La Mondiale et la Matmut, puis par PFAC (Cameroun), Aqabal (Amérique centrale), IDEAC (République Dominicaine), AMIE (Comores), KAFO JIGINEW (Mali), P&V (Belgique)…

L’association des Rencontres du Mont-Blanc rassemble les dirigeants de ces organisations pour accroître la visibilité et la reconnaissance internationale de l’ESS, favorisant l’émergence et le partage de projets. 45 pays ont participé à son dernier Forum en 2013. Cette année, la 7ème édition du Forum se déroulera du 26 au 28 novembre, à Chamonix-Mont-Blanc, en France.

Membres du Conseil d’Administration : Thierry Jeantet, Nicole Alix, Gérald Larose, Patrick Peugeot, Philippe Da Costa, Jean-Philippe Poulnot, Jean-Louis Bancel, Dominique Thys, Abdou Salam Fall, Claude Dorion, Léopold Beaulieu, Yasy Morales, David Dao, MarnicSpeltdoorn.

Plus d’informations sur l’association : www.rencontres-montblanc.coop

 

Par Thierry Joli

Responsable Communication Digitale groupe Up