Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

26 avril 2016

Agir Autrement / Engagement responsable

Pro Bono : mobiliser les salariés au service de l’intérêt général

Pro Bono

Permettre à chaque salarié d’utiliser une journée de travail à mettre au service d’une association est un premier pas, mais l’expérience montre que cela ne suffit pas.

 

« Acter cette possibilité pour l’ensemble des salariés, dans un accord, est toutefois important pour mettre tout le monde à égalité. Cela facilite nos interventions pour mobiliser les volontaires et régler les contraintes administratives liées par exemple, aux formalités d’assurance », explique Marine Rosnel, directrice régionale de Pro Bono Lab pour l’Île-de-France, une association qui a déjà soutenu près de 200 associations à travers la coordination de 300 missions d’une journée sur lesquelles 3 000 salariés volontaires sont intervenus. Pro Bono, qu’est-ce que c’est ? C’est l’abréviation de l’expression latine « pro bono publico » qui signifie « pour le bien public » et qui recouvre les pratiques de bénévolat et de mécénat de compétences.

Pro Bono

Pro Bono, une mission nécessairement préparée en amont

« Une mission pro bono, c’est une équipe de 10 personnes avec un représentant de l’association pour animer. Nous préparons en amont le cahier des charges de la mission à réaliser avec les compétences des salariés à mobiliser. C’est un levier important de motivation pour les volontaires issus de diverses entreprises », précise Marine Rosnel qui confirme que le format de mobilisation à la journée est le plus courant. Aujourd’hui, ses équipes travaillent à mettre en place de vraies stratégies de recrutement et de fidélisation des bénévoles au service d’une association, une sorte de plan de développement afin d’éviter les actions au coup par coup.

Pro Bono

Mobiliser ses salariés dans le cadre de missions pro bono est une chose, faire converger ces engagements avec les missions sociétales portées par une entreprise est encore mieux. « Il ne s’agit pas de faire entrer les salariés dans un modèle, mais de déterminer volontairement le cadre d’une démarche sociétale au service de l’intérêt général en cohérence avec les fondements de l’activité de l’entreprise », explique Valérie Rouzies, co-fondatrice du cabinet Upaya Conseil, qui intervient sur la définition du projet mécénat du groupe Up et de sa Fondation.

 

L’enjeu : S’engager pour donner le pouvoir d’agir

Le dénominateur commun des projets que souhaite soutenir la Fondation du groupe Up tient dans la capacité à donner le pouvoir d’agir, c’est-à-dire à créer du lien entre les individus, et de l’autonomie pour chacun. D’où la volonté d’impliquer encore davantage les salariés dans l’accompagnement des projets, au-delà de l’aide financière, en proposant différentes formes d’actions.

 

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Par Thomas Delpech

Chargé de mission / Délégué Général de la Fondation du groupe Up