Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

5 décembre 2015

Coup de projecteur / Engagement responsable

Les apiculteurs du groupe Up s’engagent aux côtés d’Ekodev et d’Apiterra

En 2012, le groupe Up renforçait son implication dans le développement durable en installant sur ses toits végétalisés, 6 ruches qui accueillent aujourd’hui des milliers d’abeilles.

 

Depuis, un club apicole, formé de salariés du Groupe, se réunit plusieurs fois dans l’année pour s’assurer de la bonne santé de nos ruches, et a ainsi pu participer à la lutte contre la disparition rapide des insectes pollinisateurs et à la préservation de la biodiversité.

Un travail de longue haleine, qui nous permet aujourd’hui de figurer parmi les collectes en entreprise les plus importantes d’Ile-de-France.

Durant 7 mois, les collaborateurs membres du Club apicole ont grandement participé à l’entretien de notre rucher. Au cours de leurs séances, ils ont pu découvrir les étapes capitales menant à la bonne santé de nos colocatrices, et à une récolte importante : 120 kg de miel

les apiculteurs

Etape 1 : le réveil de la ruche

La visite de printemps est l’une des 3 visites obligatoires de la colonie.
Si les abeilles commencent à sortir à partir de 10°C, l’ouverture d’une ruche n’est possible qu’à partir de 12°C.
Lors de cette visite, les apiculteurs évaluent l’état du matériel, de la population et des provisions. Il s’agit là de vérifier le bon état de la colonie après la période hivernale, et de procéder au changement des vieux cadres afin de préparer la ruche pour la nouvelle saison.

Etape 2 : le contrôle continu de l’état des ruches

Cette étape se poursuit traditionnellement de mars jusqu’à  juillet. C’est la prolongation de la visite de printemps, avec un contrôle de la bonne santé des ruches, jusqu’à la récolte.

les apiculteursEtape 3 : la récolte

C’est la 2ème visite obligatoire.
Lors de la récolte, nos apiculteurs extraient les cadres des hausses (situées sur la partie supérieure de la ruche). Si la saison n’est pas terminée, ils remplacent les cadres pleins par des cadres vides, afin que les abeilles continuent la récolte. Dans le cas contraire, ils peuvent enlever toute la hausse.
Les cadres doivent cependant n’être prélevés que si la majorité des alvéoles sont fermées par un couvercle en cire, ce qui signifie que le miel est « mûr » et apte au stockage. 

Etape 4 : l’extraction

Une fois les cadres de la hausse prélevés, nous procédons, au cœur de notre siège l’Atrium, à l’extraction du miel. Chaque cadre est débarrassé des opercules de cire (au moyen d’un peigne ou d’un couteau à désoperculer) pour que le miel puisse être extrait.
Les cadres sont ensuite placés dans une cuve, un extracteur centrifuge, où le miel est donc extrait grâce au principe de la force centrifuge. Tombé au fond de la cuve, le miel est ensuite récupéré, pour être stocké dans un épurateur.
Un temps de maturation d’au moins deux semaines doit être respecté, afin d’être débarrassé des dernières impuretés (particules de cire ou de pollen, débris d’opercules). Le miel plus lourd reste au fond de l’épurateur, alors que les impuretés sont stockées à la surface, en formant une couche généralement blanche.
Après l’extraction, les cadres peuvent être posés à-proximité du rucher, afin que les abeilles récupèrent le miel qui a résisté à l’extraction..
Après ce délai de repos, le miel est enfin mis en pot !

les apiculteurs
Etape 5 : la préparation de l’hivernage

L’hivernage consiste en une période d’activité ralentie de la ruche durant la saison hivernale.
Dernière visite obligatoire, la préparation à l’hivernage a trois intérêts principaux :
– Vérifier la présence de couvain (la reine)
– Vérifier la quantité de provisions qui permettront aux abeilles de passer l’hiver
– Traiter la ruche contre le varroa (acarien favorisant la mort des colonies d’abeilles)

Cette visite réalisée, nos apiculteurs et nos abeilles pourront finalement se reposer jusqu’au printemps prochains, en se délectant du miel tant mérité!