Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

24 février 2016

Coup de projecteur / Engagement responsable

Fondation groupe Up : Pain et partage, une solidarité bio et locale

Première d’un réseau national en devenir, une boulangerie solidaire fait office de levain territorial près de Montpellier, avec des emplois et du bon pain pour tous à la clef.

 

Petits pains individuels, pains de 400 grammes, baguettes… : depuis l’aurore, Giovanni Briere veille au grain de cette fabrication bio et locale, lancée en mai 2015 dans la grande banlieue de Montpellier. La gamme est volontairement resserrée, laissant le champ domestique aux boulangers de quartier pour mieux servir la restauration collective. Déjà, les perspectives se confirment très prometteuses.  Non contents de donner du sens à leurs approvisionnements, entreprises, écoles, crèches,  associations caritatives ou structures médico-sociales se réjouissent d’avoir accès à un pain garant de qualités nutritionnelles. « Positionné sur la filière blé-farine-pain, Bou’Sol est un projet collectif qui apporte une réponse à des besoins de consommation, explique Samuel Mougin, artisan de cette initiative. Sa genèse est le fait de rencontres de personnes et d’un projet d’insertion implanté à Marseille, Pain et Partage. Alors que celui-ci était uniquement tourné vers une logique de réinsertion professionnelle, nous avons souhaité lui ajouter une dimension plus citoyenne et responsable. »

fondation groupe up pain et partage

Ferment durable

Structurée en pôle territorial de coopération économique (PTCE), cette Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) s’accompagne d’une logique d’essaimage au niveau national. Deux autres créations de boulangeries solidaires sont en cours, à Lyon et Calais. La structuration de filières biologiques, adossée à une logique de circuits courts, en constitue le ferment durable. Quant à la création  d’emplois pérennes, elle est mise en oeuvre par des contrats d’insertion de 24 mois maximum, dans le cadre de parcours formatifs. Finies les errances professionnelles pour Giovanni : inspiré par cette expérience artisanale liée à l’alimentaire, le trentenaire saura en faire un tremplin. « Nous souhaitons féminiser les effectifs et dépoussiérer les stéréotypes liés au métier », conclut Samuel Mougin. Ou comment sortir du pétrin.

« La création d’emplois pérennes est mise en oeuvre par des contrats d’insertion de 24 mois maximum, dans le cadre de parcours formatifs »

fondation groupe up pain et partage 1

3 questions à Samuel MOUGIN, co-gérant

 

Comment est structurée votre Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) ?
Créée en août 2013, elle compte trois permanents et quatre postes d’insertion qui seront doublés à terme. Elle donne la preuve qu’un projet capitalistique peut porter sens et valeurs.

Quelles actions menez-vous ?
Par une dynamique coopérative et un ancrage territorial soutenant une réinsertion professionnelle, nous fournissons un pain pétri de solidarité et garant de qualités nutritionnelles au plus grand nombre.

Que vous apporte le soutien de la Fondation du groupe Up ?
Les 6.000 euros de la Fondation du groupe Up ont contribué à l’acquisition de matériel, dont le four.

 

Par Thomas Delpech

Chargé de mission / Délégué Général de la Fondation du groupe Up