Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

26 avril 2016

Agir Autrement / Engagement responsable

Fondation des femmes : 1er outil de collecte pour l’égalité femmes-hommes

Fondation des Femmes

Ex-porte-parole de l’association Osez le féminisme, Anne-Cécile Mailfert a lancé une fondation pour contribuer aux énormes besoins de financements éprouvés par des centaines d’associations œuvrant pour le droit des femmes. Une action soutenue par la Fondation du groupe Up.

 

Anne-Cécile Mailfert

Quel constat vous a amené à lancer la Fondation des femmes ?

Il y a de plus en plus de discours sur l’égalité femme-homme, des réactions pleines d’émotions face aux violences, beaucoup d’associations qui agissent pour la promotion des droits des femmes et pourtant bien peu de moyens pour réellement améliorer les choses. Le budget du Ministère des Droits des femmes est de 24 millions d’euros. C’est le plus petit budget du gouvernement. En comparaison, c’est deux fois moins que le budget de la SPA. Or, des centaines d’associations dont l’objet est de défendre et accompagner les femmes manquent dramatiquement de moyens et ce constat ne vaut pas que pour la France.

Pourquoi avoir choisi le modèle de la Fondation ?

Pour signaler que la priorité est d’animer des campagnes de dons et rassurer sur la capacité de suivi des actions menées. Côté transparence, c’est le comité exécutif qui décide de l’attribution des fonds à telles ou telles associations. À la différence d’une plate-forme de crowdfunding, la fondation permet d’affirmer une ligne stratégique : les attributions suivent les priorités d’un programme annuel que nous déterminons avec un conseil scientifique, composé d’associations. La Fondation vise aussi à apporter un soutien matériel, notamment en Île-de-France, où les associations peinent à trouver des locaux pour accueillir les femmes dans de bonnes conditions. Enfin, les 25 avocat-e-s de la commission juridique apportent une assistance légale car il y a une réelle problématique d’accès au droit pour les femmes et les associations qui les défendent.

fondation des femmes

Quelle est la place des femmes dans les actions portées par les fondations d’entreprises ?

Rares sont les fondations d’entreprise, comme Kering du groupe PPR, qui sont entièrement consacrées à la cause des femmes ou à la lutte contre les violences. Globalement, il y a paradoxalement assez peu de fondations qui portent une attention particulière aux femmes et aux discriminations qu’elles subissent. Je précise néanmoins que la Fondation des Femmes n’aurait pas vu le jour sans le soutien des organismes partenaires que sont France Télévisions, la Fondation du groupe Up et TBWA/Corporate.

Quel discours portez-vous auprès des réseaux de femmes qui se développent dans les grandes entreprises ?

Ces réseaux se sont créés pour permettre aux femmes actives de s’entraider dans les entreprises. Cela fait déjà un certain temps que beaucoup de ces réseaux existent. Notre message consiste à les sensibiliser sur l’intérêt de dépasser « l’entre-soi » et de mobiliser leur réseau, afin de soutenir des femmes sans emploi ou précaires à l’extérieur de leur réseau.

L’enjeu : Promouvoir les droits des femmes dans l’ESS ?

Alors que 65% des emplois de l’ESS sont occupés par des femmes (seules 20% sont cadres, contre 30% des hommes), souvent à temps partiel, les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire devraient être parmi les premiers sponsors de la promotion des droits des femmes. Un secteur d’autant plus légitime à porter la cause que les associations qui agissent pour la défense et l’aide aux femmes intègrent pleinement l’ESS.

 

Par Thomas Delpech

Chargé de mission / Délégué Général de la Fondation du groupe Up