Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

24 avril 2014

Engagement responsable / Innovation sociale

Dans les Scop, l’égalité professionnelle n’est pas qu’un principe, c’est une réalité!

 

Tandis qu’en France, on compte encore seulement 17,6 % de dirigeantes salariées dans les entreprises classiques1, 24 % des sociétés coopératives sont dirigées par des femmes.

 

Les Scop, un modèle égalitaire et paritaire

La question de la parité entre les femmes et les hommes dans le monde de l’entreprise est plus que jamais d’actualité, avec l’adoption récente de textes de loi sur l’égalité femmes-hommes réglementant notamment la parité professionnelle. En France, seuls 17,6 % des dirigeants salariés d’entreprises classiques sont des femmes… contre 24 % dans les Sociétés coopératives et participatives (27,4 % en Île-de-France Centre Orléanais Haute-Normandie DOM-TOM) ! Pourquoi ? Parce que le modèle coopératif joue un rôle dans l’accession des femmes à la direction d’entreprises : elles y trouvent toute leur place et accèdent plus facilement aux hautes responsabilités.

La reprise d’entreprise par les salariés : des facteurs de réussite

Dans les cinq ans qui suivent leur reprise, deux Scop sur trois existent encore, alors qu’une entreprise traditionnelle sur deux disparaît. Un chiffre en partie expliqué par le fait que près d’un quart des Scop est le fruit de transmissions d’entreprises saines, comme ce fut le cas de l’Institut National pour la Formation des Infirmiers et du Personnel travaillant en Psychiatrie (INFIPP) de Villeurbanne dans le Rhône, dont la nouvelle Directrice Générale, Isabelle Kerténian, a été recrutée au sein des salariés en 2013. Une transmission à l’image des chiffres nationaux : 50 % des Scop issues de la Reprise d’Entreprise par les Salariés étaient en effet dirigées par des femmes, dont la reconnaissance et la valorisation des compétences sont favorisées dans ces conditions !

Les Scop d’Île-de-France Centre Orléanais Haute-Normandie DOM-TOM en chiffres

En 2013, les coopératives se portent bien malgré la crise :

  • 481 emplois créés ou sauvegardés grâce à la création ou à la reprise d’entreprises
  • 12 258 salariés répartis dans les
  • 442 Scop existantes

L’égalité femmes-hommes dans les Scop par l’exemple:

L’égalité professionnelle femmes-hommes au sein du Groupe Chèque déjeuner

Au sein du Groupe Chèque Déjeuner, la parité des effectifs (54 % de femmes et 46 % d’hommes) est reflétée au niveau de son instance dirigeante, le Comité Exécutif. Afin de maintenir cet équilibre, le Groupe Chèque Déjeuner mène des actions de sensibilisation, tant auprès des équipes dirigeantes, que des salariés.

Jacques Landriot et Catherine Coupet

Jacques Landriot, PDG du Groupe Chèque Déjeuner et Catherine Coupet, Directrice Générale du Groupe

Accompagné par l’organisme de conseil EGAE, l’ensemble du Comité Exécutif et du Comité de Direction sont formés sur les questions d’égalité professionnelle. Les différents acteurs du recrutement sont également sensibilisés aux stéréotypes femmes/hommes. Le Groupe a, de plus, mis en place des outils d’aide à la parentalité : crèche inter-entreprise, entretiens post-congé parental, accès au CESU (chèque emploi service universel)… Concrétisant ces engagements, un accord sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes a été signé en septembre 2013. Le Groupe Chèque Déjeuner considère la diversité comme un levier de performance et d’innovation sociale.

www.groupe-cheque-dejeuner.com

Nadine Bienvenu, présidente d’Hisa Ingénierie (76)

La vie de Nadine Bienvenu a quelque peu changé depuis qu’Yves Maugard, fondateur et ex-PDG d’HISA, a décidé de céder son entreprise, un groupe d’ingénierie industrielle constitué de trois sociétés implantées au Havre, Rouen et Lillebonne, à ses 120 salariés.

Nadine Bienvenu, présidente d’Hisa Ingénierie

Nadine Bienvenu, présidente d’Hisa Ingénierie

« Il m’avait dit un jour qu’il voulait rendre cette entreprise à ses salariés et qu’il souhaitait que j’en assure la gestion », raconte celle qui était son assistante depuis vingt ans. Elle s’est alors tout naturellement portée candidate à la présidence de la Scop, constituée en novembre 2012, et a été élue.

115 salariés ont alors choisi de devenir associés, et ont constitué un apport de 230 000 Euros, auxquels sont venus s’ajouter 900 000 Euros d’emprunts et de subventions.

« Il a fallu rassurer les salariés, car la notion de Scop est trop souvent associée à celle d’entreprise en difficulté, raconte Nadine Bienvenu. Mais 2012 a été la meilleure année de notre histoire ! » Depuis, HISA a recruté une vingtaine de personnes, et compte désormais 135 salariés, générant un chiffre d’affaires de 10 millions d’Euros.

www.hisa.fr

À propos des Scop

Les Scop, Sociétés coopératives et participatives, désignent les entreprises à statut Scop (Société coopérative de production) et à statut Scic (Société coopérative d’intérêt collectif). Soumises à l’impératif de profitabilité comme toute entreprise, elles bénéficient d’une gouvernance démocratique sur le principe « 1 personne = 1 voix » et d’une répartition des résultats prioritairement affectée à la pérennité des emplois et du projet d’entreprise.

www.les-scop.coop

www.les-scop-idf.coop

 

1 Source : www.ega-pro.fr et les Chiffres-clés de l’égalité entre les femmes et les hommes 2012, http://femmes.gouv.fr

 

Par Thierry Joli

Responsable Communication Digitale groupe Up