Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

30 août 2016

Agir Autrement / Innovation sociale

Comment la MAIF co-construit son avenir entre digitalisation et proximité ?

MAIF

Acteur majeur de l’ESS, la MAIF développe des relations avec un écosystème de start-up de l’économie collaborative et cela contribue à modifier la façon de travailler des 7 000 salariés. La co-construction est ici à l’honneur tout comme elle l’est entre les salariés et les élus, ces sociétaires militants qui animent la vie démocratique de la mutuelle. Panorama d’une approche globale ouverte.

 

Logo MAIF

Avec l’ambition d’être le leader de l’assurance de l’économie collaborative, la MAIF a déjà investi près de 25 millions d’euros dans une dizaine de start-up et noué des partenariats avec 30 autres. « Nous n’avons pas forcément vocation à être majoritaire. L’objectif premier est de garantir la pérennité des modèles économiques, tout en faisant évoluer nos pratiques internes. Au delà des investissements, nous visons une hybridation avec le fonctionnement des start-up.

C’est ainsi, par exemple, que la stratégie sur l’économie collaborative s’est bâtie en impliquant près de 100 salariés dans des ateliers de travail. La conception agile, le co-développement enrichissent progressivement la culture des salariés », souligne Thomas Ollivier, responsable de l’économie collaborative et des pratiques émergentes. C’est une équipe de 10 salariés, rattachée au secrétariat général, qui assure l’animation de cet écosystème. Ainsi, avec le programme Happy Mobility, lancé il y a 9 mois, une douzaine de salariés de la MAIF ont déjà répondu à des missions de mécénat de compétences, de 15 jours à 1 mois, proposées par des start-up partenaires.

thomas_ollivier

Vie démocratique

A la MAIF, les clients qui sont avant tout des sociétaires votent tous les 3 ans pour élire les 750 délégués qui vont à leur tour participer à l’élection des 21 administrateurs qui siègent au côté de 3 administrateurs élus par les salariés. Des élus qui co-construisent aussi avec les salariés, à l’image du développement d’une offre qui permet d’assurer tant sa voiture que sa moto sur un même contrat ou encore, l’application mobile permettant de signifier en temps réel le type de moyens de transport utilisé. 

30% des 3 millions de sociétaires clients votent. Un taux de participation supérieur à la moyenne constatée dans la vie démocratique des mutuelles. Et Mahiedine Ouali, responsable de la division action mutualiste de rappeler : « ce taux était en baisse. Nous avons donc fait en sorte de lui redonner tout son sens en favorisant les occasions d’échanges entre les sociétaires, les militants, les salariés et les partenaires. Sources de confiance, ils permettent de créer des ponts et favorisent les recommandations. » Les « conférences mutualistes » ont ainsi réuni 30 000 personnes sur toute la France autour de sujets aussi divers que les troubles de l’apprentissage, la laïcité et bien entendu l’économie collaborative.

Mahiedine OUALI

Des sociétaires qui trouvent aussi matière à offrir, demander et échanger des services et autres produits au sein d’un réseau social dédié, sans intermédiaire, le MAIF Social Club, qui s’articule en toute logique avec les plateformes de l’économie collaborative partenaires. En novembre prochain, le premier espace physique MAIF Social Club ouvrira à Paris pour illustrer la volonté de lier digitalisation et proximité.

MAIF social club

 

Pour en savoir plus sur la MAIF : http://www.maif.fr/

 

Crédit photo : Fotolia, Thomas Ollivier, Mahiedine Ouali, MAIF