Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

23 mars 2016

Agir Autrement / Innovation sociale

CE Européen, ou l’apprentissage du dialogue social multiculturel

Échanger, débattre et argumenter… Une habitude pour certains représentants du personnel avec une culture du dialogue social ancrée dans le pays, une relative découverte pour les autres du fait de la récente régulation européenne.

 

L’année 2015 a donc été l’occasion pour chacun des représentants au Comité d’Entreprise Européen (CEE) du groupe Up de se découvrir. « On a appris à appréhender nos façons respectives de travailler, à échanger dans différentes langues, à partager l’information, à pratiquer le dialogue social », explique Sabine Henno, la secrétaire du CEE mis en place en 2014, et qui se trouve en ordre de marche depuis 2015.

Deux réunions plénières en présence de la direction et deux comités restreints se sont ainsi tenus l’année dernière. « Nous avons désormais besoin d’un flux d’information continu sur les évènements tant sociaux, économiques, sociétaux que environnementaux qui concernent toutes les filiales européennes, comme le prévoit l’accord signé en 2014. Suite aux difficultés rencontrées lors de la première année sur le sujet de l’information en continu une discussion entre élus et direction a été ouverte fin 2015 afin de trouver un système plus adéquat. C’est ce qui nous manque encore pour nourrir les débats. Il est essentiel de partager le même niveau d’information », poursuit Sabine Henno, par ailleurs déléguée syndicale CGT.

CE européenLes différents travaux se mettent aujourd’hui en place, avec toutes les contraintes liées à une traduction multilingue. Outre l’information continue, les représentants du CEE ont aussi été préalablement formés sur le droit national, la directive européenne liée aux CEE et le fonctionnement d’un CEE. Des formations plus spécifiques (analyse des comptes, stratégie de l’entreprise…) vont être mises en place courant 2016. Prochain objectif : parvenir à transposer au niveau européen des accords exemplaires au niveau national. « Impliquer des représentants des salariés dans les décisions importantes du groupe au niveau international est très apprécié dans notre filiale. Cela complète l’implication du management et des spécialistes dans des projets internationaux spécifiques, comme les RH ou le marketing », déclare Elena Pap, Directrice générale de la filiale Roumaine qui emploie plus d’une centaine de salariés qui élisent, tous les 2 ans, 3 représentants avec un taux de participation supérieur à 80%.

 

L’enjeu : La reconnaissance du droit syndical

Les représentants au CEE du groupe Up vont acquérir une expérience que le groupe entend valoriser, en complément de l’emploi salarial, dans le cadre d’une large concertation entamée sur les droits syndicaux et les moyens du dialogue social. Objectif : gagner en efficacité. L’occasion de prendre, en compte, par exemple, l’apport des formations suivies par les élus européens et qui visent à faciliter le débat en tirant les individus et le contenu des échanges vers le haut.