Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

12 octobre 2016

Agir Autrement

Les trésors cachés de la transformation d’une direction de Bercy

Bercy

A la Direction générale du Trésor, direction d’état-major rattachée au ministre de l’Économie et des Finances, on développe une certaine capacité d’innovation, d’adaptabilité et de modernisation pour répondre aux exigences ministérielles. Interview découverte avec Thomas COTTINET, en charge au secrétariat général de la stratégie de modernisation et d’animation du réseau international, dont l’une des priorités en 2016 est de promouvoir le modèle français de l’Économie Sociale et Solidaire.

Thomas Cottinet

Prévisions, politiques macroéconomiques, publiques et sectorielles, financement de l’économie, pilotage de la dette, commerce international, internalisation des entreprises, aide au développement : les activités des 1 450 agents de la Direction générale du Trésor ratissent très large. Dans ce contexte qui nécessite de décloisonner au maximum, quels outils d’organisation collective déployez-vous pour renforcer vos modes de gestion ?

Avec la loyauté et l’engagement, l’ouverture et l’esprit d’équipe forment le bloc des quatre valeurs que nous nous employons à traduire au quotidien. Tous les managers sont évalués à 180° : leurs collaborateurs évaluent leur aptitude à manager et à porter ces valeurs, une démarche qui a inspiré d’autres administrations. La charte du manager récemment adoptée et les formations des encadrants traduisent le caractère prioritaire de la qualité de notre organisation collective. L’ensemble des agents, issus de plus de 20 corps de fonctionnaires différents, sont également invités à répondre à une enquête d’ambiance tous les deux ans : le taux de participation est de plus de 75 % et les résultats témoignent d’un attachement à ces valeurs. Nous avons aussi mis en place une charte du temps pour faciliter l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée et sommes engagés dans un soutien continu à la féminisation de l’encadrement. En six ans, nous sommes passés de 10 à 30 % de femmes managers, c’est-à-dire une parité relative puisque 30% des cadres sont des femmes.

 

670 des 1 450 agents sont en poste à l’international. Comment ce maillage soutient-il votre capacité d’innovation et quel est son rôle en matière d’ESS ?

Le contact permanent avec les entreprises et l’ouverture internationale sont l’ADN de la Direction générale du Trésor, ce qu’incarnent les services économiques de notre réseau international. Nombreux sont les cadres en poste en administration centrale à Bercy qui ont eu une expérience dans l’une des 132 implantations des 111 pays dans lesquels nous sommes présents. Depuis la création de la délégation interministérielle à l’ESS et son rattachement à la Direction générale du Trésor le réseau des services économiques s’emploie à promouvoir l’internationalisation des acteurs français de l’ESS : c’est une de ses priorités pour 2016. Ce rayonnement international s’accompagne d’une montée en gamme des outils, en particulier les outils du digital à l’image de l’application Hector en cours développement, une nouvelle base de contacts externes (entreprises, institutions, ONG, experts,…) commune à la centrale et aux 132 implantations du réseau et davantage collaborative.
logo_dg_tresor-Blog

La Direction générale du Trésor a conçu, expérimenté et déployé « Mélodie », un projet collaboratif qui dématérialise la production des notes remises aux ministres. Il est donc fini le temps des pochettes papier de couleurs, avec leurs bordereaux et visas ?

Chaque année près de 4 000 notes sont produites à destination des ministres pour analyser, expertiser et proposer ; elles sont relatives aussi bien à des situations d’urgence, des négociations internationales ou des pistes de réformes économiques. C’est une des marques de fabrique de cette direction d’état-major chargée de conseiller les ministres. Avant Mélodie, le processus de circulation des notes et de validation par toutes les hiérarchies se faisait effectivement au moyen de pochettes papier de couleur. C’est désormais de l’histoire ancienne, la production de ces « notes ministres » étant entièrement dématérialisées. À la production de chaque note est désormais associée une communauté digitale dédiée avec un circuit de validation intégré. Cet investissement dans la digitalisation témoigne d’un appétit constant pour l’innovation, que va de nouveau illustrer la délocalisation du séminaire annuel de direction au sein de Schoolab, au contact direct des start-up de cet incubateur.

Pour en savoir plus : http://www.tresor.economie.gouv.fr/

 

Crédit photo : Thomas Cottinet, Direction Générale du Trésor, Fotolia