Le Logo du site We are Up Le blog de la communauté Up

12 septembre 2017

Engagement responsable

Accord’heures en Provence verte, une accorderie pour échanger et coopérer au quotidien

Une Accorderie vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion en renforçant les solidarités entre des personnes d’âges, de classes sociales, de nationalités et de sexes différents.

 

Une accorderie développe, par l’échange de services et la coopération, les conditions d’une amélioration réelle, et au quotidien, de la qualité de vie de tous ses membres : les accordeurs. Ces derniers ont accès aux services des  membres de « leur » accorderie locale, ainsi qu’aux activités collectives d’échange, c’est-à-dire à des services d’intérêt général qui s’adressent à l’ensemble des accordeurs. C’est un système économique alternatif né au Québec en 2002, repris en France en 2011 sous l’égide de la Fondation Macif. Il repose sur la création d’une nouvelle forme de richesse : une richesse collective et solidaire qui s’appuie essentiellement sur le potentiel des membres de toute la communauté.

 

Un réseau qui ne laisse personne de côté 

Une communauté, où trop souvent, les citoyens les plus pauvres sont jugés non productifs, car ils occupent un emploi mal rémunéré qui les exclut
automatiquement de la société de consommation. L’accorderie elle, fait plutôt le pari qu’il est possible de créer cette richesse collective et solidaire en se basant sur la contribution de tous les membres de la communauté. C’est une façon démocratique et organisée de construire une alternative au système économique dominant, avec ce qu’il comporte d’inégalités. Un moyen d’entrer dans la spirale sympathique d’un réseau qui concrétise sa croyance que le monde peut fonctionner autrement, en ne laissant personne de côté, et qu’il est possible de produire et de consommer autrement. L’accorderie de Brignoles est la première en région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur. Sa mission est de combattre l’exclusion sociale et l’isolement en renforçant les solidarités et en promouvant la mixité, dans la cité des Comtes de Provence. 

 

3 questions à François Fil,  Président d’Accord’heures en Provence verte

Comment fonctionne l’association ?

L’association s’appuie sur des principes fondamentaux : une heure donnée correspond à une heure reçue ; le temps est la seule monnaie d’échange, l’équilibre est indispensable à l’échange qui ne correspond en rien à du bénévolat. Enfin, la structure est prise en charge par les accordeurs. 

 

Quelles actions menez-vous ? 

Nous proposons une large palette d’échanges autour de la vie quotidienne, grâce à l’action de plus de 250 accordeurs potentiels sur Brignoles et alentours : services à la personne, hygiène/beauté, garde d’enfants, aide aux formalités administratives, cours d’informatique, apprentissage des langues, aide au bricolage/électricité… De tous âges, les accordeurs sont issus de milieux sociaux différents et c’est leur rencontre qui crée, favorise et valorise la mixité sociale. 

 

Que vous apporte le soutien de la Fondation du groupe Up ?

La Fondation du groupe Up a soutenu la création de l’Accorderie, réalisée avec et par les habitants de Brignoles et de la Provence Verte pour les habitants. Elle a surtout permis de réaliser les investissements indispensables au démarrage et à la vie quotidienne de l’association, ainsi qu’à son développement sur le territoire de la Provence verte : achat de matériel (informatique, bureautique, vidéo…) pour les antennes locales de Saint-Maximin et Bras dont les ouvertures sont programmées en 2017.

 

Par Thomas Delpech

Chargé de mission / Délégué Général de la Fondation du groupe Up